Les Seigneurs Damnés guilde du mmorpg "Lord Of Castle" Index du Forum
 
 
 
Les Seigneurs Damnés guilde du mmorpg "Lord Of Castle" Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Wendigo

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Seigneurs Damnés guilde du mmorpg "Lord Of Castle" Index du Forum -> Poste de garde -> Presentation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wendigo
le Fléau des âmes

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2008
Messages: 22
Localisation: Devant mon pc, couillon vas !

MessagePosté le: Mar 2 Déc - 01:17 (2008)    Sujet du message: Wendigo Répondre en citant

Jeudi 25 janvier 1312. – Au cœur de la forêt noire.

Je viens de rentrer d’une rude partie de chasse au plus profond de la forêt. Il semble bien que l’hiver glacial ait chassé tout le gibier avec plus d’efficacité que n’importe quel prédateur. M’imaginant parcourir les froides contrés de Niflheim, je me suis aventuré loin des sentiers habituels pour trouver une créature encore vivante, errant ça et là au milieu de la forêt déserte.

Puis enfin j’ai rencontré un grizzly, occupé à grignoter ce qu’il restait d’un cerf gelé. L’ours mesurait près de 3 mètres de long et devait peser dans les 600kg. Surpris de me voir sortir des fourrés, il se dressa sur ses pattes arrière en grognant, comme pour m’impressionner, puis chargea lourdement. Je pouvais lire dans son regard l’étonnement de me voir rester stoïque devant l’assaut imminent, mais il continua cependant sa course. Et quand il s’apprêta à me sauter dessus, je me transformai moi-même en ours en entonnant le cri de guerre des berserkers.
Le combat fut bref et sanglant. Alors que le grizzly bondissait, toutes griffes dehors, mon corps se couvrit d’une épaisse fourrure et je grandi soudainement de près d’un mètres. Mes mains devinrent deux pattes massives et je sentis mon visage prendre l’apparence d’une gueule d’ours. Trop surpris pour réagir, le grizzly ne se défendit même pas lorsque je lui déchiquetais la gorge d’un violent coup de griffe.

Le vent se leva en même temps que l’ours s’effondrait au sol, mort. Et il me semblait entendre la forêt chuchoter tout autour de moi, bien que je ne comprenne pas le langage étrange du vent qui siffle entre les feuilles et les branches.

Trop affamé pour penser à ce phénomène, j’ai avidement dévoré la carcasse encore chaude. Je n’avais même pas pris la peine de reprendre mon apparence normale.


Lundi 29 janvier 1312. – Près de Birka


Solveig me fait la tête depuis quelques jours. Elle dit que je suis renfrogné, pensif, et me reproche de revenir sans cesse bredouille de la chasse. Einar pleure du matin au soir car il a faim. Et je ne peux chasser de mon esprit les chuchotements de la forêt.

Hier, j’ai attrapé un lièvre mais je ne l’ai pas ramené avec moi. Je ne sais pourquoi, je l’ai dévoré, cru, au milieu d’une clairière, déchiquetant les os et la chair avec mes dents.

Pourtant la faim me tenaille encore et toujours. C’est un désir insatiable, obsédant.


Lundi 5 février 1312. – Campement Iroquois


Je crois que je deviens fou. Aujourd’hui j’ai croisé mon vieil ami Votiak dans la forêt. Quand il m’a serré la main j’ai eu une furieuse envie de lui bouffer le visage.

Les chuchotements se font de plus en plus forts et pressant, et parfois il me semble que je comprends ce qu’ils me disent, bien que ce soit dans une langue qui m’est inconnue. Pendant que je parlais avec Votiak, un autre être était là. Je ne pouvais le voir me je sentais sa présence, c’était comme si deux petits yeux rouges me fixaient avec attention puis regardaient Votiak. Comme s’ils me disaient que le seul moyen de satisfaire ma faim était de dévorer mon vieux compagnon.

Hiérulf-le-Sage est resté perplexe quand je lui ai parlé de ce mal qui me ronge, et m’a conseillé d’aller plus loin dans la forêt. A la rencontre du sorcier du clan des iroquois. C’est un vieil homme au visage buriné, encore vigoureux malgré le poids des années. Nous ne parlons pas le même langage mais j’ai eu l’impression qu’il comprenait les chuchotements des arbres que je lui répétais phonétiquement.

Une ombre passa sur son visage et il m’entraina dans une de leurs chambres de sudation. Les effluves des drogues se mêlèrent aux chants tribaux, et le feu faisait danser les ombres sur les murs de la chambre. Les chuchotements couvrirent alors le chant des indiens, et je revis la forêt enneigée.

Sauf que cette fois-ci j’arrivais à le voir. Une forme indistincte flottait entre les arbres, et j’ai réalisé à ce moment que ce n’était pas le vent dans les arbres qui me murmurait aux oreilles, mais cette créature étrange qui se cachait dans la forêt.

Le chant tribal se fit un peu plus fort. Je revis Votiak, qui me parlait dans la forêt. Un monstre hideux, poilu, d’aspect bestial, me fixait avec ses yeux rouges où brillait une lueur de folie. Sans doute avait-il été un homme auparavant, en tout cas il en avait conservé l’aspect humanoïde. La créature flottait, nu, au dessus de Votiak, mais son importante pilosité cachait son intimité. De long dreadlocks sales lui tombaient aux genoux, son visage avait une apparence canine et il n’avait pas de pieds. Ses jambes se terminaient par des moignons sanglants au niveau des chevilles.

« Wendigo ! WENDIGO ! »

Le sorcier s’est alors mis à hurler d’un air affolé et s’est précipité hors de la chambre de sudation. Peu après les indiens me jetèrent hors du village et je me suis mis à errer, seul et drogué, dans la forêt enneigé.

Mes souvenirs sont flous après ça. J’ai dû halluciner dans la forêt durant un ou deux jours. Dans certaines visions et flash-back je me vois délirer au milieu des arbres. Je ne sais si je dois attribuer cela aux drogues mais les murmures sont de plus en plus obsédants, et je crois voir cette créature dans chaque ombre, derrière chaque fourré. Son regard ne me quitte plus maintenant.


Samedi 10 février 1312. - Près de Birka


Le Wendigo rôde autours de ma maison, je l'ai vu plusieurs fois ces derniers jours. J'ai dis à Solveig de préparer nos affaires, nous partons ce soir. Cette créature est inconnu de nos Dieux, et même moi, le grand maître de la loge des berserkers, je ne sais comment la combattre. Je peux sentir son pouvoir qui s'empare de moi un peu plus chaque heure qui passe. Nous allons partir le plus loin possible de cette endroit maudit, je ne tolérerait pas que ce monstre s'en prenne à ma femme ou a mon fils.

Dimanche 11 février 1312. - De retours dans la forêt noire


Mes souvenirs sont flous, tous est allé si vite ...

Solveig et Einar venaient juste de sortir, je m'occupait des derniers préparatifs dans la maison. Puis Solveig est rentré précipitamment, Einar hurlait dans ses bras. Le Wendigo s'était matérialisé juste au-dessus et s'était jeté sur Einar. Solveig avait pu le rattraper au dernier moment et avait bondi à l'intérieur.

Le monstre est entré en défonçant la porte. Les débris de bois volaient dans tous les sens autours de ma famille et le monstre, l'air enragé, flottait au milieu du chaos en vociférant obscénités et menaces avec une virulence qui me fis froid dans le dos. Il fondis sur Solveig tel un vautour, la projeta contre le mur et s'empara d'Einar.

J'étais terrorisé, le Wendigo s'apprêtait à dévorer mon fils et la seule chose qui m'occupais l'esprit était ma faim dévorante. Moi aussi je voulais gouter à la chair humaine, et à cet instant je me suis dégouté moi-même.

Un vent surnaturel s'était levé dans la pièce. Mon sang était glacé d'effroi mais j'avais chaud comme dans la chambre de sudation. Il me semblait entendre les chants des indiens et les paroles du chaman.

Solveig m'appelai désespérément à l'aide, mais j'étais pétrifié. Elle s'est alors jeté sur le monstre et l'a frappé à coup de gourdins, sauvant Einar. Elle se battait courageusement tandis que moi, Bjorn, grand maître de la loge des Berserkers de l'ours, n'était pas capable de bouger un seul membre. Je ne pouvais refluer devant cette créature telle une paysanne devant un maigre loup.

Je me suis relevé, comme fou, dévoré par la faim, la tête emplit de chants tribaux. Et, me métamorphosant en ours, j'ai sauté a la gorge du Wendigo.

Solveig a pu s'échapper en emportant Einar dans ses bras. Et le Wendigo s'est retrouvé coincé dans la pièce avec moi. Je n'était plus en son pouvoir, il était acculé, désespéré, mais la bataille n'en fut que plus terrible.

Il semblait se régénérer quelques soit la puissance des coups que je lui portais, mais il était trop faible pour me vaincre. Et je lui coupais toute retraite. Ce combat interminable a duré près de trois heures.

Je suis finalement parvenu à le pousser dans les flammes de la cheminée, et son coeur de glace a fondu. La créature a péri en poussant des hurlement déchirants, et je me suis enfui dans la forêt. En proi à de nouvelle hallucinations, je voyais et j'entendais les indiens qui dansaient tout autours de moi. Reprenant mon apparence normale, je me suis endormi dans la neige.

Cela fais maintenant des heures que j'ai disparu dans les bois. Votiak, mon viel ami, est partit à ma recherche. Il fais tout son possible pour me retrouver, mais il comprend rien. Le Wendigo est mort, je ne suis plus en son pouvoir, mais sa malédiction est toujours sur moi.

Je suis encore et toujours plus affamé. Qu'importe, Solveig et Einar sont sauf, je vais partir le plus loin possible.

Puissent ils ... ... ...
*Le texte à cette endroit est illisible, Bjorn s'est soudainement arrêté d'écrire*
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Déc - 01:17 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Seigneurs Damnés guilde du mmorpg "Lord Of Castle" Index du Forum -> Poste de garde -> Presentation Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com